L’expertise en écritures et documents. Vrais ou faux ?

0
71
expertise en ecritures signatures
Bannière large 728x90

L’expertise en écritures et documents. Vrais ou faux ?

 

Apprendre à repérer les faux documents.

 

Par définition, un faux document et l’usage d’un faux sont constitués par toute altération frauduleuse de la vérité, de nature à causer un préjudice, par quelque moyen que ce soit, dans un écrit ou tout autre support d’expression de la pensée (article 441.1 du Code pénal).

 

L’altération frauduleuse de documents fait partie inhérente des temps modernes, puisque toute transaction commerciale, tout engagement ou attestation de droits se fait sur la base de documents, traditionnellement physiques, mais aussi numériques, depuis quelques décennies.

 

Il est fréquent d’observer sur les documents, notamment les copies et les fichiers numériques, des traces, des pixellisations suspectes, des traits positionnés à des endroits suspects, faisant penser à une altération frauduleuse du document, à un copier-coller numérique.

 

Cependant, la plupart de ces traces suspectes sont causées par l’appareil ayant servi à copier ou à numériser le document d’origine.

 

Certaines traces peuvent nous mettre sur la piste d’une manipulation, mais le fait d’être présentes sur le document n’est pas forcément synonyme de falsification.

 

Seul l’œil averti d’un expert formé à la détection de faux numériques sera en mesure d’expliquer l’origine de ces traces suspectes.

 

 

Le recours à un expert en écritures et documents.

 

L’analyste compétent pour mener à terme ce genre d’analyse est l’expert en écritures et documents, autrefois appelé expert graphologue. Un métier qui a dû s’adapter aux temps modernes, aux nouvelles technologies et aux nouveaux procédés faussaires.

 

L’expert en écritures et documents est non seulement compétent pour authentifier une signature ou des mentions manuscrites, mais aussi pour réaliser une analyse complète du document problème, tant au niveau physique, que chimique et numérique.

 

La falsification de documents peut se faire par altération physique, à l’aide de produits chimiques, mais aussi au niveau numérique, d’où la nécessité d’une formation pluridisciplinaire des experts en la matière, qui dépasse généralement les compétences des graphologues et des informaticiens.

 

L’expertise d’un document sera en mesure de donner réponse à la plupart des questions qu’on puisse se poser à propos notamment de l’authenticité, du procédé suivi, des moyens utilisés, de la date réelle de fabrication, et même parfois l’identité de l’auteur matériel ou de l’imprimante utilisée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here